CAGNES SUR MER - 4 rue Pasqualini

Thérapie hypnotique pour traiter les troubles de l'enfant

roues des emotions.jpg
Une hyper-anxiété ou une dépression chez l'enfant et d'adolescent génère les symptômes les plus fréquents pouvant motiver une consultation en hypnothérapie 

 

- Difficultés scolaires, troubles de l’apprentissage et du développement, difficulté à se concentrer,

- Anxiété, stress, symptômes dépressifs,

- Troubles du comportement (hyperactivité, retrait, agressivité, …),

- Difficultés relationnelles, manque de confiance et d’affirmation de soi,

- Bégaiement,

- Troubles du sommeil,

- Troubles des conduites alimentaires (TCA),

- Conduites addictives et dépendances,

- Douleurs chroniques ou récurrentes (maux de ventre, migraines,…) sans traitement médical satisfaisant,

- Phobies,

- Troubles obsessionnels compulsifs (TOC),

- Conduites ordaliques (l'enfant se met en danger volontairement),

- Manifestations somatiques sans origine physiologique, 

- Enurésie (faire pipi au lit ou dans ses vêtements), sucer son pouce, se ronger les ongles (onychophagie)...

 

D’une manière générale, tout dysfonctionnement ou changement durables dans les attitudes, comportements ou habitudes de l’enfant ou adolescent peuvent alerter son entourage.

La dépression chez l'enfant et l'adolescent

L'enfant souffrant de dépression va rarement se plaindre lui-même d'une humeur dépressive. L'expression d'une telle souffrance est encore plus rare chez l'adolescent où elle se manifeste davantage par de l'hostilité vis-à-vis des adultes 

 

En grandissant l’enfant, va chercher à lutter contre ses affects dépressifs par de l’agitation, de l’instabilité ou de « l’auto-traitement » par automédication voire de la toxicomanie.

L'anxiété chez l'enfant et l'adolescent

L’enfant souffrant d'anxiété de séparation a du mal à se séparer, voire refuse de quitter, certains de ses proches, en général sa mère, mais aussi son père ou ses frères et sœurs. S’il anticipe une séparation, il se met en colère, crie, pleure. 

 

L’anxiété survient souvent après un évènement stressant, un changement ou une transition de vie (entrée à l’école, changement d’école, passage du collège au lycée, décès ou maladie dans la famille, déménagement…), également après des vacances prolongées ou suite à une longue maladie de l’enfant.

 

Il faut distinguer l'anxiété de séparation de la phobie scolaire : l'enfant phobique n'évite que l'école.

Les enfants souffrant d'anxiété généralisée expriment des craintes irréalistes concernant l'avenir, leurs comportements passés (surtout chez l'adolescent), l'acceptation sociale, les questions familiales, leurs aptitudes personnelles, et leurs résultats scolaires. Ils ont tendance à être perfectionnistes voulant réussir dans tous les domaines (études, relation sociales, sport...). Autocritiques, ils doutent d'eux-mêmes de façon obsédante, ce qui alimente leurs inquiétudes concernant le passé et le futur.

Environ un tiers de ces enfants souffre en même temps d'une dépression. Lorsqu'elle n'est pas traitée, l'anxiété généralisée peut devenir chronique et persister à l'âge adulte 

 





13/08/2015
0 Poster un commentaire